Les racines du ciel – Romain Gary

Résumé : Morel, le personnage principal, se bat pour la sauvegarde des éléphants en Afrique Equatoriale Française (AEF) au milieu du XXème siècle.
A cette période l’Afrique commence à penser à son indépendance alors qu’elle est alors colonisée par la France. On découvre les actions de Morel pour combattre la chasse et la traque organisées par les autorités pour le stopper dans son action.
Il est entouré de différents personnages : Minnah, allemande et femme persécutée à différentes reprises. Forsythe, lanceur d’alerte qui a dénoncé l’utilisation d’armes bactériologiques par les Américains contre la Corée, les faits ce sont avérés faux, il se retrouve donc discrédité aux Etats-Unis. Waitari, députée Français, africain il a étudié en France et est chef du mouvement politique visant à rendre l’Afrique indépendante. Fields, photographe qui finit par vouloir suivre Morel dans son aventure.

Mon avis : Des personnages avec beaucoup de relief. Un roman qui montre que le combat de chacun peut avoir sa portée humaniste, un élan d’espoir à propos de la condition humaine. J’ai beaucoup apprécié les passages coup de point avec l’approche philosophique. Je trouve que ce livre prête à la réflexion sur notre façon de vivre. Il n’est que trop actuel et le restera, à mon avis, pendant un moment.

Date de parution : 05/11/1956

Distinctions :prix Goncourt de 1956  » Personne n’est jamais arrivé à résoudre cette contradiction qu’il y a à vouloir défendre un idéal humain en compagnie des hommes. »


Personne n’est jamais arrivé à résoudre cette contradiction qu’il y a à vouloir défendre un idéal humain en compagnie des hommes.

Les racines du ciel, Romain Gary


Et on ne peut pas juger les hommes par ce qu’ils font quand ils enlèvent leur pantalon. Pour leurs vraies saloperies, ils s’habillent.

Minnah, Les racines du ciel, Romain Gary

Les idéologies, en principe, je m’en méfie : ça prend généralement toute la place, et les éléphants, c’est gros, c’est encombrant, ça parait bien inutile quand on est pressé.

Morel, Les racines du ciel, Romain Gary

– Tu te rappelles, le reptile préhistorique qui est sorti pour la première fois de la vase, au début du primaire ? Il s’est mis à vivre à l’air libre, à respirer sans poumons, en attendant qu’il lui en vienne ?

– Je ne me rappelle pas, mais je l’ai lu quelque part.

– Bon. Eh bien ! ce gars-là, il était fou, lui aussi. Complètement louftingue. C’est pour ça qu’il a essayé.

Morel, Les racines du ciel, Romain Gary

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :